Bijoux : découvrez l’histoire de la marque Mauboussin

Mauboussin, un joaillier plébiscité par les femmes depuis 1827. Son président, Alain Némarq, partage avec nous sa vision de l’air du temps, son savoir-faire et ses intentions derrière ses créations.

Chez Mauboussin, les diamants sont éternels. Pour ceux qui se demandent comment le joaillier garde sa part de rêve depuis bientôt deux siècles, Alain Némarq son président et directeur de la création détiendrait le secret. « En ayant toujours accompagné par la création, les femmes dans leur parcours sociologique, mouvant et rapide, d’une décennie à l’autre. Au fil de deux cents ans d’histoire, Mauboussin s’est sans cesse insurgé contre trop de redondances et a puisé dans l’Art nouveau, l’Art déco ou les bouleversements de 1968 pour se différencier et capter l’émotion. ».

Le créateur, qui fait ses armes dans la mode, arrive chez Mauboussin en 2002 et se positionne en rupture volontaire avec l’héritage élitiste de la famille Mauboussin pour rendre la joaillerie moins hiératique et surtout plus humaine. Après avoir paré les maharajas, la maison s’adressera désormais aux femmes, à toutes les femmes, de la couronne de Miss France 2021 à toutes les anonymes.

Une joaillerie moins hiératique et plus humaine

Pour les femmes, Alain Némarq crée le symbole de la maison : une étoile dont les branches ont été étirées. « L’étoile, la beauté universelle, est généralement régulière, explique t-il. En la déformant, j’ai voulu exprimer que si vous ne correspondez pas aux canons de beauté dictés par la société, vous êtes belle aux yeux de celui qui vous offre ce bijou. »


Pour inciter cette nouvelle clientèle à pousser la porte de ses boutiques, Mauboussin ajoute à son ADN une collection de bagues de fiançailles à prix doux. Son arme fatale et sa fierté : Chance of Love, le solitaire serti au cœur d’un motif trèfle, aujourd’hui à l’annulaire de plus de 150 000 Françaises. En 2015, le joaillier quitte la Place Vendôme, tout un symbole, et en chantre de l’accessibilité, lance une trentaine de montres pour tous et affiche ses prix sans filtre sur les panneaux d’affichage des métros et abribus de France. « La sensibilité au beau et à l’élégance n’est pas réservée à une élite, reprend le PDG. Un bijou doit être exposé comme une œuvre d’art l’est au musée, dehors, en vitrine, au plus près des Français et sur tout le territoire. »

Désormais, près de 80 boutiques ont fleuri dans les rues de Paris et les centres-villes de province. « Quand on écrit Mauboussin, on écrit j’aime la France », poétise Alain Némarq, qui renoue en 2017 avec le made in France, en y concevant, taillant et façonnant la majorité de ses créations après plusieurs années de production en Asie.

Depuis, les femmes s’arrachent ses nouveautés, comme les sept anneaux Capsule d’Emotions inspirés des semainiers méditerranéens, cumulables et déclinables selon l’humeur. Le bijou joyeux s’inscrit peu après sa sortie en 2018, dans la lignée des bagues Nadia, Alessandra, ou Mexico, parmi les best-sellers. Le prochain est en boutique et s’appelle Dingue de Toi. Une fleur de Toscane dessinée dans de la nacre avec au coeur, un diamant. « Comme un parfum qui est l’odeur de l’autre quand il n’est pas là, un bijou est un talisman, la figuration de l’amour de l’autre, ajoute M. Némarq. Encore plus en cette période d’incertitude , il apporte un contenu émotionnel fort. »

Crédits photos : © Service de presse / Mauboussin

Source: Lire L’Article Complet