Défilés printemps-été 2022 : le conte d’été de Salvatore Ferragamo

Depuis au moins un an, la maison Salvatore Ferragamo attire les regards de par la figure mythique qu’est son créateur éponyme.

Après l’annonce d’un film, de la réédition de son autobiographie et d’un podcast consacré au patrimoine qu’il a laissé, la collection pour le printemps-été 2022 signant le retour des défilés physiques de la maison était attendue de pieds ferment. 

Avec une simplicité jamais départie d’élégance, le studio de la maison florentine a donc présenté une collection intitulé « Tale of Summer », véritable ode à la douceur de l’été et à son savoir-faire.

La force de l’artisanat de Salvatore Ferragamo

C’est le terme minimaliste, toujours avec un sens du détail extravagant à l’Italienne, qui caractérise sans doute le mieux cette collection Salvatore Ferragamo pour le printemps-été 2022. La première silhouette ? Un top blanc au col haut qui s’élargit en trompette au niveau de l’emmanchure et se glisse dans un pantalon de satin noir porté sur des sandales.

 Et si la silhouette suivante, une robe noire au décolleté plongeant, révèle un peu plus de chaire, elle garde un certain sens de l’élégance. Cet équilibre, entre sensualité divine et chic contemporain, c’est toute la force de la grammaire développée par la maison Ferragamo qui sait attirer en son sein des femmes de toutes les générations. Il suffit de regarder le front row qui va des actrices Brooke Shields, Ashley Benson et Daniela Scattolin à la réalisatrice chinoise Yi Zhou en passant par la chanteuse italienne Gaia Gozzi.

 C’est le plaisir de porter qui est célébré à travers la cinquantaine de silhouettes qui composent cette collection estivale. Des petites robes noires à porter du matin au soir, des robes chemises colorées, des teintes naturelles accompagnées de tons saturés.

On oscille entre la sensualité des années 60 et 70 avec la fonctionnalité des vêtements de travail. Un tour dans les archives et voilà que renaît l’imprimé tigre de la maison, un foulard floral Ferragamo est quant à lui retravaillé par l’artiste parisien Julien Colombier et se retrouve surimprimé sur un jacquard à rayures tigrées au fil lâche ou brodé selon une ancienne technique artisanale italienne.

Et comment ne pas parler des chaussures ! Le studio Ferragamo a ravivé et réimaginé les icônes de la maison à savoir la Vara et la Varina. Des sabots à l’inspiration orientales sont aussi à découvrir habillées de l’historique double Gancini tandis que des mules plates et sur « talons invisibles », technique du maître-chausseur lui-même, attirent les regards.

Dominant passé comme présent, la maison prouve qu’elle a encore de nouveaux chapitres de son histoire à raconter.





Source: Lire L’Article Complet