Gucci, Chanel, Louis Vuitton… Avec la crise, le prix des sacs de luxe augmente

Secouées par la crise du Covid, plusieurs marques de luxe ont augmenté le prix de leurs articles de maroquinerie les plus emblématiques, dans certains pays comme la Chine, l’Italie ou la Grande-Bretagne.

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Linkedin
  • Whatsapp

Ventes en chute libre, production revue à la baisse, flambée du prix des matières premières… Les perspectives de rebond dans le secteur de la mode sont peu réjouissantes, y compris pour les acteurs du luxe. Pour compenser l’impact de la crise du coronavirus sur les premier et deuxième trimestres 2020, plusieurs maisons ont augmenté le prix de leurs articles de maroquinerie. Un rapport de la banque d’investissement américaine Jefferies révèle que Gucci a augmenté le prix de ses sacs à main entre 5 et 9 % durant les mois de mai et de juin, en Italie, en Grande-Bretagne et en Chine.




Deux ans pour se relever ?

En mai dernier, c’est Chanel qui confirmait l’augmentation du prix de ses sacs à main et de certains petits articles en cuir, de 5 % à 17 %, en lien avec la hausse des prix des matières premières. Des ajustements concernant les modèles emblématiques de la marque française, dont les 11.12 et 2.55, ainsi que les sacs Boy, Gabrielle, Chanel 19. Par crainte d’une hausse imminente des prix, une longue file d’attente a été constatée devant la boutique Chanel du centre-ville de Séoul, en Corée du Sud, alors que le pays démarrait son processus de déconfinement.

Une stratégie similaire a été appliquée chez Louis Vuitton qui a confirmé au Women’s Wear Daily l’augmentation de ses prix par deux fois ces trois derniers mois : de 3 % en mars puis de 5 % en mai. Durement touché par la crise, le secteur du luxe pourrait mettre au moins deux ans avant de se relever totalement, selon les déclarations du directeur financier de Chanel, Philippe Blondiaux, qui a par ailleurs jugé qu’une reprise solide dans les pays où les boutiques du groupe Chanel ont rouvert ne compenserait pas le manque à gagner dû à la suspension des vols internationaux.

Source: Lire L’Article Complet