Les meilleurs outils pour la peau du moment

Photostimulation, vibrations, ultrasons… Plutôt efficaces et faciles à utiliser, les nouveaux outils de soin pour la peau transforment notre salle de bain en mini-institut. Doit-on s’y mettre ? Enquête.

En 2004, l’arrivée de la Clarisonic, première brosse nettoyante électrique brevetée pour le visage, a bouleversé l’industrie de la beauté et ouvert la voie à une série d’innovations toujours plus performantes et accessibles. Avec un chiffre d’affaires évalué à 30 millions de dollars en 2019, le marché des « beauty devices » devrait croître de plus 13,7 % d’ici à 2027 (étude Research and Markets). Et si le groupe L’Oréal (qui a racheté la marque en 2011) vient d’annoncer qu’il mettait fin cette année à la commercialisation de la Clarisonic, on ne compte plus les nouveautés en tout genre destinées à satisfaire la demande d’un public de plus en plus friand de technologies et de résultats pros à domicile. Un marché influencé par les pratiques asiatiques qui font largement appel à la high-tech, notamment en Corée et au Japon. « Il y a quelques années, c’étaient plutôt des gadgets. Aujourd’hui, il existe une offre sérieuse de très bons produits avec des technologies pointues », remarque Sophie Carbonari, facialiste du Tout-Paris. Le contexte n’y est probablement pas pour rien : à l’heure où la crise sanitaire rend les soins en institut et les consultations chez le dermato plus compliqués, ces appareils permettent de garder une routine efficace chez soi. « Le concept de spa à la maison est très tendance également parce qu’il correspond au besoin croissant de prendre du temps pour soi, de se recentrer sur son bien-être », complète Aurélie Hermon, responsable du marketing digital chez Foreo, spécialiste suédois de beauty tech. Sans oublier le facteur prix : sachant qu’un soin en institut comprenant l’utilisation d’un appareil coûte rarement moins de 100 euros, l’investissement pour l’acquisition d’un outil est vite amorti. Avant tout achat, Sophie Carbonari recommande néanmoins de se renseigner sur la marque, de vérifier si le produit porte bien la mention CE (conformité européenne) et d’en parler à son dermatologue. « Les home devices surfent sur les technologies utilisées dans nos cabinets. Mais ils n’ont évidemment pas la même puissance, ce qui soulève des questions sur leur efficacité », prévient la dermatologue Nadine Pomarède, qui évoque aussi le danger de mésusage de ces outils. « Il faut s’informer et bien suivre les recommandations d’utilisation, car on peut vite s’emballer et en faire trop », confirme Sophie Carbonari. Petit tour d’horizon des nouveaux appareils et des bénéfices promis.                                            

Pour purifier sa peau                

L’Ultrasonic Exfoliator Spatula + LED, de Solaris Laboratories NY

Ne vous laissez pas impressionner par cette spatule en forme de lame ! Solaris Laboratories NY, une marque américaine spécialisée dans les beauty devices, a lancé cet outil exfoliant indolore qui associe des mouvements ultrasoniques à une Led bleue pour aider à traiter l’acné et favoriser l’élimination des cicatrices. « Les mouvements très rapides de la spatule (24 000 oscillations par seconde) permettent de nettoyer l’épiderme en profondeur (sans autre produit que de l’eau) et d’éliminer les cellules mortes, tandis que la Led tue les bactéries responsables de l’acné », explique la créatrice de la marque, Iliana Ivanova. En plus du mode nettoyage/exfoliation (« Clean »), l’appareil offre deux fonctions complémentaires : « Hydratation Ion + », qui décompose la formule du soin avec lequel on l’utilise en particules ioniques positives et rend la peau plus réceptive, et « Hydratation Ion – », pour favoriser l’absorption de l’excédent de produit. Dès la première utilisation, le teint est plus net et on a moins de points noirs. Les résultats s’amplifient et s’entretiennent au rythme de deux ou trois séances par semaine. 98 € chez Bazar Bio.                                                                           

Pour une action anti-âge globale

Le LightinDerm 

Ancienne directrice marketing chez Sanofi, Géraldine Decaux s’est intéressée aux ondes lumineuses dans les processus d’autoréparation cutanée, suite à un cancer de la peau (désormais guéri). Afin d’identifier les longueurs d’ondes capables de stimuler les mécanismes d’autorégénération des mitochondries et de mobiliser l’ensemble des couches tissulaires de la peau, elle a réuni une équipe interdisciplinaire de médecins et chercheurs de l’hôpital Cochin, à Paris. Sept ans de recherche, vingt-sept brevets, quatre cent cinquante tests in vitro et cinq études cliniques plus tard est né le LightinDerm. De la taille d’une télécommande, mais plus simple à utiliser, car il n’y a qu’une touche, cet appareil associe des lumières régénérantes, des ingrédients photo-actifs (c’est-à-dire qui réagissent avec ces dernières) et un massage. Cette triple stimulation permet d’agir sur toutes les couches de la peau. Concrètement, au quotidien, on remplace l’étape de son sérum par l’utilisation du LightinDerm, avant d’appliquer son soin de jour habituel. Il suffit d’insérer la capsule contenant le sérum de la marque (à choisir parmi les quatre formules développées : rides et fermeté, éclat, imperfections ou rougeurs) et d’appuyer sur la touche pendant deux secondes. La lumière rose (addition d’une Led bleue et d’une Led rouge) s’allume et l’application peut commencer. La gestuelle, développée par la facialiste Chantal Lehmann, consiste à travailler chacune des zones du visage pendant quinze secondes (si on le souhaite, le protocole peut évidemment être adapté pour insister sur telle ou telle zone). Dès la première application, la peau paraît moins fatiguée, et, après deux semaines d’usage quotidien, 94 % des utilisatrices trouvent que leur teint est plus lumineux. Après un mois, 100 % constatent une réduction de leurs rides et une augmentation de la densité de la peau. Si l’on en croit les tests réalisés par la marque, le LightinDerm serait trois fois plus efficace qu’un sérum lambda utilisé sans appareil pour la réduction des rides, et cinq fois plus pour l’augmentation de la fermeté. 260 € l’appareil et 79 € les quatre capsules de sérum équivalant à un mois de traitement.                                                               

Pour détendre ses traits

Le roll-on électrique, de La Maison du Tui Na

Avec ses 6 000 vibrations par minute, ce roll-on en quartz rose combine une action massante et des vibrations pour tonifier, lisser et illuminer la peau. Si le mode d’utilisation de cet outil reste le même que celui de ses équivalents traditionnels, les vibrations décuplent l’effet du massage, qui peut être aussi ciblé sur le contour des yeux grâce à une tête de fixation ronde dédiée. 59 €.                                                        

Pour améliorer la qualité de son épiderme

Le Lift Contour Massager, de Rowenta                

Galerie: Cheveux : quel shampooing pour mes pellicules ? (Femme Actuelle)

La marque d’électroménager lance sa ligne de soins beauté comprenant plusieurs outils pour le visage. Grâce aux pressions exercées par ses vibrations et par sa tête à trois billes (deux pour la tête spéciale contour des yeux), ce masseur, très agréable à l’usage, aide à relâcher les tensions, tout en réveillant la production et le renouvellement naturel du collagène et de l’élastine, pour lifter les traits. Cette action peut être un bon préalable à l’utilisation d’autres technologies. Sophie Carbonari, par exemple, commence toujours ses soins par un travail mécanique avant de faire appel aux Led ou aux micro-courants. 229,99 €.

Lire aussi : Le top des soins high-tech                                            

Pour un effet boost

La Bear, de Foreo

Cette nouveauté (qui doit son nom à son look avec deux billes en métal qui évoquent les oreilles d’un ours), signée par la marque suédoise qui a démocratisé les outils de beauté connectés avec la brosse nettoyante Luna, associe des micro-courants et des vibrations (8 000 par minute). Pour plus de sécurité, elle est dotée d’une technologie dite « anti-shock », qui mesure la résistance de la peau à l’électricité, pour ajuster automatiquement l’intensité de la stimulation. On peut l’utiliser avec son sérum ou son soin habituel, à condition que celui-ci contienne beaucoup d’eau et de glycérine pour permettre la circulation des micro-courants. Il suffit de faire glisser les deux billes en métal sur la peau, en décrivant des mouvements ascendants – une vidéo dans l’appli Foreo For You illustre bien les gestes à suivre. Au bout de deux mois d’utilisation quotidienne, le teint est plus lumineux et la peau plus ferme. 299 € (199 € la version mini).                                

Pour gagner en éclat

L’ageLOC Galvanic Spa, de Nu Skin 

Cet appareil compact utilise un courant galvanique pour optimiser la pénétration des soins. « Votre main doit être humide pendant la séance pour assurer la conduction du courant », précise Barbara Tresson, spécialiste produits chez Nu Skin. Le programme comprend deux phases : un nettoyage et un soin. Après avoir appliqué le sérum de prétraitement de la marque, on fait glisser l’appareil sur la peau du visage pendant deux minutes en décrivant des mouvements perpendiculaires aux rides, qu’elles soient verticales ou horizontales. Au contact du produit, l’appareil se met en charge négative, ce qui permet au pré-sérum d’attirer et d’encapsuler les impuretés contenues dans la peau. On applique ensuite le sérum de traitement et l’appareil, qui passe, cette fois, en mode positif, conduit les impuretés préalablement encapsulées à l’extérieur de la peau, tout en assurant la pénétration maximale des actifs du soin. Le tout dure cinq minutes, à répéter trois fois par semaine. Si ce fonctionnement paraît complexe à première vue, on prend, en réalité, vite la main et l’utilisation se révèle plutôt facile. Dès la première séance, la peau est hydratée et repulpée, avec un bénéfice plus visible encore quarante-huit heures après. Bonus de taille : l’ageLOC Galvanic Spa s’accompagne de trois autres têtes conductrices, dont une petite conçue pour lisser précisément les rides du contour des yeux, une autre pour lutter contre le vieillissement du cuir chevelu et une, enfin, réservée au corps. 405 € l’appareil et ses quatre têtes. 60 € les huit ampoules de traitement (quatre de pré-sérum et quatre de sérum).

Pour défatiguer son regard 

Le Time Control +, de Talika  

Cet appareil (version optimisée du Time Control, lancé par la marque en 2016) associe l’émission de trois longueurs d’onde (éclaircissante, raffermissante et anti-inflammatoire) adaptées à la régénération de la peau du contour des yeux, des micro-courants vibrants, une fonction ionothérapie pour augmenter l’efficacité des soins et une fonction détox qui décongestionne cernes et poches. Très compact, il est facile à utiliser : il suffit, deux fois par jour, de démarrer le stylo d’un clic (ou deux selon la fonction) et de le poser (avec ou sans soin) vingt secondes dans le coin interne, vingt secondes sous l’œil et vingt secondes sur le coin externe. Si, dès la première utilisation, le regard paraît rafraîchi, à long terme, la marque promet une atténuation des cernes et un gain de fermeté visibles. 143 €.                              

LED, micro-courants, ultrasons : quésako ?               

Si ces technologies ne sont pas exactement nouvelles, elles sont désormais plus performantes et presque toujours combinées au sein d’un même appareil.

Les Led. Leur utilisation thérapeutique remonte aux années 1990, quand la Nasa a découvert leurs bienfaits pour cicatriser les plaies des astronautes. « Ce sont des lumières froides actives, dont certaines longueurs d’onde sont intéressantes pour la peau. Les Led bleues sont efficaces sur les bactéries de l’acné et font régresser les lésions, alors que les Led rouges ont des effets anti-inflammatoires et aident à la régénération cellulaire », explique la dermatologue Nadine Pomarède. « On peut faire un parallèle avec la photosynthèse chez les plantes : les mitochondries, responsables de la respiration des cellules, sont stimulées par cette énergie lumineuse », précise Géraldine Decaux, créatrice de LightinDerm. 

Les micro-courants. Très utilisés dans les instituts pour combattre le relâchement cutané et les rides, ce sont des pulsations électriques qui « tonifient et drainent les muscles, stimulent l’oxygénation et la circulation du sang, en assurant l’apport nutritif et l’élimination des cellules mortes », souligne la facialiste Sophie Carbonari.

Le courant galvanique. Ce flux doux et direct qui circule de manière continue dans une direction, comme dans une pile, est utilisé en esthétique pour assurer une pénétration optimale des ingrédients sur la peau.

Les ultrasons de basse fréquence. Leur action mécanique (plus de 20 000 vibrations par seconde) a pour objectif d’éliminer les cellules mortes, l’ excès de sébum et les toxines pour un nettoyage en profondeur.

Découvrir aussi :

Source: Lire L’Article Complet