Avant le concert test d'Indochine, c'est écouvillon pour tout le monde à l'Accor Arena de Paris

On en a parlé pendant des mois, et après bien des péripéties, ça y est, un concert-test aura bien lieu samedi 29 mai à l’Accor Arena de Paris. La lumière au bout des coursives ressemble à celle d’un concert, mais en lieu et place d’une scène, “c’est l’écouvillon pour aller au concert !”, lance Constance Delaugerre. La professeure de virologie a coordonné l’expérimentation. “Tout le monde est assez serein, assure-t-elle. Ce qui est intéressant, c’est qu’il y a des grands fans d’Indochine, il y a aussi des gens qui ont envie de participer à cette expérimentation, et surtout qui ont envie de la reprise des concerts.”

>> Covid-19 : ce que l’on sait du concert-test d’Indochine qui réunira 5 000 personnes à Paris le 29 mai

Pendant qu’elle répond à l’écart, sur les gradins – il ne faudrait pas fausser l’étude en descendant dans la fosse – où 120 préleveurs reçoivent les participants tirés au sort la semaine dernière. “Je dois dire que l’organisation des tests, là, est très, très minutée, confie Constance Delaugerre. Chaque personne est prise en charge quatre minutes maximum.”

En trois jours, près de 8 000 personnes vont être testées contre le Covid-19. Seules 5 000 d’entre-elles assisteront au concert, 2 500 restant chez eux en tant que groupe “contrôle”. Côté recherche, on se tourne vers Laure Choupeaux, qui supervise le fameux protocole “Spring” pour l’AP-HP. “Ça s’est plutôt bien passé pour le moment, se réjouit-elle. Ce ne sont pas des projets de recherche classiques pour nous, c’est-à-dire que de la recherche clinique de cette ampleur-là, ce n’est pas notre quotidien.”

“C’est clairement la plus grande opération de tests qu’on ait eu à faire depuis un an.”

à franceinfo

Tayeb Tounsi couve du regard les 120 préleveurs dont il a la charge : “L’année qu’on vient de passer nous a permis de développer cette expertise-là donc maintenant, il est tant de la mettre au service de la reprise d’une vie normale.”

“Ils m’ont demandé si je pouvais tenir debout 5 heures !”

Et les participants, qu’en pensent-ils ? “C’est hyper bien fait, répond l’un d’eux. C’est allé très vite, je suis arrivé en avance, je suis sorti en avance, très bien.” Après avoir attendu leurs résultats dans le hall d’accueil, devant des clips d’Indochine, ils attendent désormais le concert, le vrai. “Ça donne un avant-goût de la reprise des concerts, jubile un autre candidat. Ils m’ont demandé si je pouvais tenir debout 5 heures, j’ai répondu oui mais je ne sais pas pourquoi 5 heures… Si le concert dure 5 heures, tant mieux, je resterai 5 heures !”

Mais l’étude ne s’arrêtera pas là. De nouveaux tests seront organisés sept jours après le concert, et les résultats seront connus dans un mois. Patience et motivation pour un enjeu partagé par tous : retrouver des moments ensemble, en live, dans des salles de concert.

Source: Lire L’Article Complet