"Corse, Île d’Amour" : Barbara Carlotti chante ses racines et ses émotions

Le projet lui tenait évidemment à coeur. Depuis longtemps Barbara Carlotti réfléchissait à écrire quelque chose qui ait du sens, qui rende hommage à ses racines corses tout en se justifiant artistiquement. Le confinement a donné l’élan et l’envie nécessaires. Avec Bénédicte Schmitt à la réalisation, elles ont donné vie à un album cohérent, dix reprises ou adaptations, ainsi qu’une réinterprétation d’une de ses chansons, Ici, chantée avec Pierre Gambini. Corse, île d’amour, c’est personnel pour Barbara Carlotti, qui y tient : “Chanter des chansons corses, ça ne veut rien dire tant le répertoire est large“. Elle explique avoir voulu “chercher des chansons très connues dans les années 1960, qui avaient un peu disparu avec le temps alors qu’elles sont aussi belles et valables que les chansons de Françoise Hardy des années 1960“.

Il y avait un truc un peu politique, pour moi, c’est-à-dire dépasser nos a priori et la façon dont on est hyper structuré par notre cultureBarbara Carlotti

L’esthétique pop de chansons à la mélodie magnifique est parfois étonnante. La Corse est terre de chansons, d’amour de la terre et d’attachement à des personnages. Exemple, la reprise de La Ballade de Chez Tao de Jacques Higelin, en duo avec Izïa Higelin.

Jamais Barbara Carlotti n’avait autant réfléchi à sa manière d’aborder les chansons. L’idée directrice était de pouvoir “assumer” ses interprétations, ses choix, avec le même attachement pour elle, qui n’a pas vécu en Corse mais y a passé toutes ses vacances, que pour les gens “du village“.

Les Corses, depuis toujours, se sont battus pour leur identité, leur territoire et c’est génial de pouvoir interroger ça tout le tempsBarbara Carlotti

Ce n’est pas une Corse fantasmée, mais une île intime qui apparaît au fil de ce disque. Des chansons qui résonnent, tout simplement.

Barbara Carlotti chante “sa” Corse | La chronique de Yann Bertrand–‘—-‘–

Barbara Carlotti, Corse, Île d’Amour (Elektra). Album disponible.

Source: Lire L’Article Complet