"Escapades" : Gaspard Augé, membre de Justice, s'offre une pause pour assouvir un fantasme

Dans le premier album solo de Gaspard Augé, Escapades, il y a des instants où le son de Justice transparaît, de manière évidente. Sur ce premier extrait notamment, Force Majeure.

Mais sur la longueur, Gaspard Augé réussit à emmener ailleurs, très loin de la furie disco-rock de Justice, pour façonner une musique aérienne, aussi sonore que visuelle. “C’était important pour moi de ne pas être trop didactique, explique-t-il, pour laisser beaucoup de place à l’imaginaire de chacun et proposer une expérience qui soit moins passive que celle de la musique pop.

“Je trouve que dans la musique d’aujourd’hui, il y a énormément de cynisme et les gens se prennent trop au sérieux.”

Lui a poussé à fond les synthétiseurs pour créer sa bande-son idéale, portée par des mini-clips, hors format, tournés en Turquie. Loin du rêve américain, Gaspard Augé réussit à écrire une musique très européenne, très cinématographique, dans laquelle Ennio Morricone et François De Roubaix accueilleraient bien volontiers Vladimir Cosma. Gaspard Augé : “Cela fait bien cinq ou six ans que je suis obsédé par cette musique parce que je trouve qu’elle a quelque chose de très naïf et assez savant en même temps. Que ce soit De Roubaix ou tant d’autres, c’est vrai qu’il a tordu le cou à cette notion de ‘musique aux musiciens’, il était très aventureux et trafiquait lui-même ses instruments.

“C’est une musique qui me parle parce qu’elle est soit un peu outrancière, un peu baroque, soit très mélancolique, et ce sont toujours les deux extrêmes que j’essaie de retrouver quand je fais de la musique.”

Escapades, ce premier album en solo, a donc tout d’un fantasme assouvi pour Gaspard Augé.

Gaspard Augé sort son premier album solo | La chronique de Yann Bertrandécouter

Gaspard Augé, Escapades (Genesis/Ed Banger Records/Because Music). Album disponible.

Source: Lire L’Article Complet