Eurockéennes de Belfort : les organisateurs "satisfaits" de leur festival alternatif "Résidence secondaire"

Les organisateurs des Eurockéennes de Belfort, dont l’édition 2021 a été annulée dans sa version normale, ont affiché leur satisfaction le 25 juillet au lendemain de la clôture de « En résidence secondaire », festival alternatif où le pass sanitaire a finalement drainé un millier de spectateurs en plus.

« On est satisfaits (…) L’édition a été plutôt complète, on attendait 5.000 personnes » sur cinq jours « et finalement le pass sanitaire a eu un petit effet heureux en passant la jauge à 6.000 », a indiqué Jean-Paul Roland, le directeur des Eurocks, qui accueillent dans leur configuration normale 130.000 personnes.

« Le pass a quand même un effet de frein sur la billetterie »

« En résidence secondaire » a été conçu avant les annonces mi-juillet d’Emmanuel Macron – sur l’extension du pass sanitaire dans tous les lieux culturels et de loisirs rassemblant plus de 50 personnes – mais les organisateurs avaient déjà décidé de ne pas dépasser la jauge de 1.000 personnes, alors limite au-delà de laquelle le pass devenait obligatoire, afin de ne pas l’imposer aux festivaliers, explique M. Roland.

Finalement, une fois le pass rendu obligatoire à partir de 50 personnes, le festival a pu augmenter sa capacité d’accueil de quelques centaines de places chaque jour, a-t-il ajouté, notant toutefois que les billets sont partis moins vite qu’attendu, ce qui tend à montrer que « le pass a quand même un effet de frein sur la billetterie ». 

Mais « les gens ont répondu présent », s’est félicité M. Roland. « Ils ne nous ont pas forcément dit vivement les Eurockéennes dans leur format habituel (…) mais est-ce que cette formule-là a des chances d’être reconduite? », a-t-il expliqué. « Il faudra peut-être réfléchir » à pérenniser cette formule alternative, même si « c’est encore un peu frais », a-t-il dit, rejetant l’idée d’une « édition des Eurockéennes au rabais » : c’est au contraire « un nouveau concept qui pourrait potentiellement trouver son public ».

Pour 2022 (où le groupe de rock britannique Muse doit tenir son concert annulé cette année), M. Roland dit avoir « hâte de voir comment les gens vont appréhender le pass », dont il espère qu’il sera « vite remplacé par les protocoles professionnels » (masques, nettoyage, etc…). « C’est ça que la profession doit défendre », martèle-t-il.

Source: Lire L’Article Complet