Gal Gadot fait scandale à Hollywood : ce rôle mythique qu’elle vient d’accepter !

Le 12 octobre dernier, l’actrice de "Wonder Woman" Gal Gadot a annoncé qu’elle allait incarner Cléopâtre au cinéma. Une décision qui n’a pas plu à tout le monde…

La polémique enfle (encore) à Hollywood. Quelques mois après la démission de Halle Berry, reconnue illégitime pour jouer le rôle d’un personnage transgenre, c’est un autre casting qui est désormais au coeur des débats. Tandis que l’actrice israélienne Gal Gadot s’est réjoui il y a quelques jours d’avoir été choisie pour incarner la reine d’Egypte, Cléopâtre, dans une superproduction de Patty Jenkins à venir en 2021, les anti-racistes, eux, crient au scandale !

Des interprètes toujours “trop blanches”

En effet, certains haters reprochent à la star, ancienne Miss Israël devenue “Wonder Woman” à l’écran, d’être “trop blanche” pour incarner Cléopâtre. Il faut dire que depuis l’invention du cinéma, le rôle mythique a été confié au cours du temps à quelques superstars comme Liz Taylor, Vivien Leigh ou encore Sophia Loren et Monica Bellucci qui n’avaient pas le teint bien foncé. Et la dernière en date, Marion Cotillard (qui tiendra le rôle de Cléopâtre dans le prochain Astérix) ne fera pas exception.

Autant de raisons de diversifier enfin le choix des actrices, pensent les plus révoltés. Pour certains, il serait temps de confier la tache à une actrice plus “proche” de la souveraine, note le journaliste James Hall, sur Twitter. Il déplore ainsi : “Hollywood a toujours choisi des actrices blanches américaines pour jouer la Reine du Nil. Pour une fois, ils n’auraient pas pu trouver une actrice africaine ?”

Malheureusement, depuis l’Antiquité, on ne sait pas précisément de quelle couleur était Cléopâtre. Des sources rapportent qu’elle avait du sang africain dans les veines, mais qu’elle avait aussi probablement des origines grecques.

Gal Gadot répond à la polémique, par le silence

Les admirateurs de Gal Gadot, eux, voient toutes ces critiques d’un mauvais oeil et accusent ces mêmes ses détracteurs de verser dans l’antisémitisme sous couvert d’anti-racisme. Ils rappellent que lorsque l’actrice a joué “Wonder Woman”, au cinéma pour DC Comics, le film avait été interdit au Liban, déprogrammé en Tunisie et en Algérie, interdit aussi au Qatar.

De son côté, l’actrice de 35 ans s’interdit de répondre. Sur Twitter, elle s’est simplement félicitée de raconter l’histoire de la reine des reines “vue pour la première fois à travers les yeux d’une femme, des deux côtés de la caméra”.

Source: Lire L’Article Complet