"La boutique des fous" de Stéphane Portelli : un nouvel album du chanteur gardois, entre rock et blues

Bercé à la fois par la musique anglo-saxonne des années 60 et 70 et la chanson française, Stéphane Portelli a depuis vingt ans écrit, composé et interprété un subtil mélange de ces deux influences. Un jeu de guitare qui puise dans ses amours de jeunesse, de Clapton à Knopfler en passant par les classiques du rock ou les grands bluesmen et une plume amoureuse des mots et de la poésie, de Brel à Françoise Sagan.

Cette association de la langue de Molière avec des sonorités qui rappellent Led Zeppelin, les Stones ou Jimi Hendrix, s’inscrit dans une démarche qu’on retrouve chez des artistes comme Paul Personne, Louis Bertignac ou encore Trust.

Cet esprit utopique et son aspiration à la liberté s’expriment notamment dans le premier single Boum Boum Boum sorti cet été. Une ambiance estivale, mais qui relate en réalité les impressions ressenties dès le début du premier confinement. Ecrit le 17 mars 2020, le texte est venu spontanément.

Je me suis mis à ma fenêtre, et en voyant ce désert autour de moi, j’ai imaginé entendre la musique des Italiens, déjà confinés avant nous, qui chantaient à leur balcon

L’atmosphère du clip et de la chanson représente cet état d’esprit du sud où vit le musicien. Un « carpe diem » qui invite à « ne pas oublier que nos yeux doivent continuer à briller dans une folie douce ».

L’énergique et rugueux Vegas qui ouvre le disque côtoie des morceaux aux arrangements plus atmosphériques comme par exemple Dans la douceur d’un soir. Un texte qui rend hommage à Mark Knopfler à travers plusieurs titres de chansons de Dire Straits. Stéphane Portelli n’a pas oublié son émotion ressentie lors du concert du guitar-hero à Nîmes il y a deux ans, au cours de sa tournée d’adieux.

Cette Boutique des fous est ainsi parée d’une musique qui ne triche pas. Et sur la même longueur d’ondes, les paroles explorent des émotions qui vont fouiller aux tréfonds des êtres. L’addiction, la passion, l’obsession sont dépeintes sans détour. De l’écorché Alarme blanche au crépusculaire C’est tout, en passant par le final Comme un caméléon et ses vers qui pourraient faire penser à du Thiéfaine : « suis-je un caméléon sur une couverture écossaise ? », se demande Stéphane Portelli.

La réponse lui appartient. Mais ce qui est sûr, c’est que sa musique aux couleurs multiples épouse parfaitement la richesse de ses mots. Et ses chansons nous invitent à exprimer le brin de folie qui est en nous en se jetant à corps perdu dans sa boutique.

L’album « La boutique des fous » est sorti le 20 octobre sur toutes les plateformes, il sortira en 2022 sous format Vinyle

Toutes les infos sur le site officiel ou la page Facebook

Source: Lire L’Article Complet