Le documentaire "Moonage Daydream", un hommage psychédélique époustouflant à David Bowie

Moonage Daydream n’est pas un biopic. Pas plus qu’un documentaire biographique conventionnel. Aucun témoin, aucun spécialiste n’est là pour raconter face caméra les hauts et les bas de la vie de David Robert Jones. A la place, les propos de l’artiste David Bowie recueillis par ses intervieweurs au fil du temps, piochés le plus souvent durant les années 70, servent de fil narratif à un montage explosif et ininterrompu d’images. Accrochez vos ceintures, le tempo ne ralentit pas une seconde durant cet hommage prodigieux de deux heures vingt qui filent à la vitesse de la lumière.

« Extraire les frêles petites vérités du chaos »

Le réalisateur, monteur et producteur de Moonage Daydream, Brett Morgen, n’est pas seulement un immense admirateur de l’icône rock, il est aussi le premier à qui les héritiers de Bowie ont accordé un accès sans précédent à ses archives. Un trésor réuni par l’artiste, qui avait déjà permis au Victor and Albert Museum de monter la vaste rétrospective Bowie is à la Philharmonie de Paris en 2015, et qui contient notamment des dizaines d’heures de concerts live et de shows télé, de captations de pièces de théâtre (lorsque Bowie joua Elephant Man à Broadway notamment), des chutes de clips, des photographies, des journaux, mais aussi des vidéos expérimentales, des peintures, sculptures, dessins et poèmes signés Bowie.

« Je suis un collectionneur, je collectionne les personnalités et les idées« , répond Bowie à Russell Harty en 1973 (sur Granada TV) qui lui demande qui il est. Un collectionneur au sens propre, puisqu’il avait absolument tout conservé de son odyssée artistique, mais aussi au sens figuré : un collectionneur d’expériences et d’inspirations, qui disait réaliser des assemblages d’idées et s’employer à « extraire les frêles petites vérités du chaos« . Le film, maelstrom de fragments d’images et de sons, d’où émergent quelques vérités profondes sur Bowie, ne fait pas autre chose. 

Eclairer sa philosophie et sa spiritualité

Toutes les métamorphoses de l’homme aux mille visages sont montrées, dans le désordre, mais avec une cohérence sous jacente dans le propos. Car Brett Morgen ne voit pas seulement David Bowie comme un artiste ultra créatif et visionnaire doté de tous les talents. Il veut montrer aussi l’amoureux de la vie qui ne voulait gâcher aucun jour, le curieux de tout jusqu’au bout qui cherchait à « exprimer les recoins mystérieux de l’esprit« .

Il insiste beaucoup sur le philosophe qu’était Bowie, ce modèle selon lui du « bien vieillir », qui pointait régulièrement l’impermanence de toute chose et dont la quête spirituelle, Bouddha un jour, Nietzsche le lendemain, lui faisait dire qu’il croyait « en une force, une énergie« , et qu’il n’observait qu’un seul culte : « celui de la vie« .

Un must pour redécouvrir Bowie à ses débuts

C’est un bonheur de voir Bowie en interview dans de vieux shows télé des années 70, le Dick Cavett Show notamment, en qualité restaurée et sur grand écran (il faut voir ce film sur grand écran). Sa façon délicieuse, à la fois intelligente, polie et pleine d’humour de répondre aux questions. Et le mélange troublant qu’il offrait de timidité rougissante et d’assurance, ne serait-ce que dans la liberté et l’extravagance de ses tenues.

Ce film est aussi un must côté musique: il parvient, en tout cas vu sur grand écran (on le redit, il faut voir ce film sur grand écran), à nous donner l’impression d’assister à l’un de ses shows, ceux de Ziggy Stardust notamment, grâce à des images rares restaurées. Quant à la bande son, supervisée par son fidèle producteur Tony Visconti, elle bénéficie des dernières avancées technologiques en la matière (Dolby Atmos) pour mettre en valeur le défilé de hits éternels que sont Space Oddity, Ashes to Ashes, Life on Mars, Heroes ou Let’s Dance. La puissance sonore est telle qu’elle en devient même, avouons-le, un peu assommante vers la fin.

Hommage psychédélique frénétique à un artiste multifacettes, Moonage Daydream est une œuvre d’art en soi, dont on sort sonné, des étoiles plein les yeux. Brett Morgen a consacré cinq longues années de son existence à ce film. Bien qu’il souhaite partager la vie mode d’emploi de Bowie « avec la jeune génération« , il aurait voulu, avoue-t-il, pouvoir travailler dessus jusqu’à la fin de ses jours.

La Fiche

Genre : documentaire musical
Réalisateur, monteur, producteur : Brett Morgen
Durée : 2h20
Pays : Etats-Unis
Sortie : 21 septembre 2022
Distributeur : Universal Pictures
Synopsis : Considéré comme l’un des plus grands artistes de notre époque, David Bowie influence la culture depuis plus de 50 ans. Moonage Daydream est le premier film à avoir bénéficié du soutien et de la complicité de la famille et des collaborateurs de Bowie, offrant à Brett Morgen un accès inédit à leur collection. À travers des images d’archives personnelles et inédites et des propres musiques et paroles de David Bowie, ce documentaire invite les spectateurs à une immersion dans le monde unique de Bowie.

Source: Lire L’Article Complet