Chadwick Boseman a encouragé « des millions de personnes à s’aimer »

  • Chadwick Boseman est décédé le 28 août des suites d’un cancer du côlon, à 43 ans.
  • En hommage, TF1 diffuse ce soir Black Panther.
  • Nous avons demandé à nos internautes ce qu’ils retenaient de l’acteur.

Les bras croisés, le regard fier, la tenue de Black Panther sur les épaules et un « Wakanda Forever » énoncé à pleins poumons. L’image de
Chadwick Boseman interprétant le superhéros
Marvel aura eu son impact. Au-delà de la performance en tant que telle, c’est en termes de représentation que le film aura eu son importance. Black Panther est noir, leader d’un pays d’Afrique (certes imaginaire) fier et en avance sur son temps. Pour nos internautes, comme pour de nombreux spectateurs à travers le monde, ce tableau aura été une bouffée d’air frais. Mieux, il était nécessaire.

« Je me suis jamais sentie aussi fière d’être noire »

Car depuis Blade, interprété par Wesley Snipes fin des années 1990-début des années 2000, le genre manquait, il faut bien l’avouer, de diversité. Avec un rouleau compresseur comme le Marvel Cinematic Universe (MCU), omniprésent dans les salles obscures, difficile de ne pas remarquer l’absence de diversité dans des rôles phares. Puis, avec Black Panther et Chadwick Boseman, les cartes ont enfin été (un peu) redistribuées. Et l’effet fut immédiat : « Je ne suis pas un grand fan de
superhéros, mais Black panther était un symbole pour toute une communauté. Il nous a insufflé cette fierté d’être ce que l’on est, noirs. Il a aussi prouvé au monde que tous les petits garçons pouvaient se reconnaître en lui, sans distinction de couleur de peau », explique Aymard.

Le film aura tenté de changer la vision occidentale de l’Afrique et, selon Nolwenn, le pari a été réussi : « Pour la première fois, les gens avaient envie d’être le superhéros noir badass. Pas un personnage secondaire sans intérêt ou peu de répliques mais un héros à part entière. Je me suis jamais sentie aussi fière d’être noire que lorsque j’ai vu ce film. Grâce à lui, on a pu garder la tête haute et montrer les couleurs de nos pays. Montrer que l’Afrique n’est pas une terre abandonnée, sale et pauvre. Qu’elle a également un côté riche, beau et des trésors à montrer. » Il y avait une place à prendre, et Chadwick Boseman l’a occupée à merveille. « N’ayant pas eu de modèle noir à la télévision et au
cinéma français durant mon enfance, il était devenu une référence incontournable que j’aimerai pouvoir transmettre à mes futurs enfants, raconte Aurélie. Leur dire que oui, on n’est pas seulement l’Afrique pauvre au cinéma, on peut être autre chose. »

Chadwick Boseman était Black Panther

Cette réussite, le film la doit grande partie aux similitudes entre le personnage du Roi T’Challa et son interprète. Parmi les témoignages que nous avons reçus, nombreux sont ceux qui rejoignent celui d’Andrée : « Il dégageait un tel charisme et prestance. Ce rôle était fait pour lui. » Si bien que concevoir une suite à l’histoire de T’Challa (Black Panther 2 est prévu pour mai 2020) sans l’acteur devient compliqué, selon Jocelyn. « Il avait réussi à l’incarner avec perfection et avait mis énormément d’énergie dans celui-ci. Il ne faut pas remplacer Boseman. Pas grave s’ils font mourir T’Challa comme ça d’un coup, et que ça soit débile scénaristiquement. Mais PERSONNE ne peut le remplacer, il a rejoint en quelques films le Panthéon des acteurs irremplaçables dans un rôle de superhéros. Chadwick Boseman et T’Challa ne font qu’un. »

Au-delà de ses performances au combat contre Killmonger et Thanos, c’est son affrontement avec un ennemi bien réel qui a le plus marqué nos lecteurs : Celui contre son cancer du côlon, qui durait depuis près de 4 ans. Le choix de l’acteur de ne pas médiatiser sa lutte contre la maladie a rendu sa mort encore plus brutale. « Sa disparition a été un véritable choc, avoue Blandine. Il luttait depuis tellement de temps et personne ne se doutait de rien. Il était brillant et sa façon de continuer à vivre avec ce fardeau est juste admirable. Il est une source d’inspiration pour tellement de choses. Sa façon de s’imposer, de représenter le premier superhéros noir au cinéma, sa volonté de se battre toujours et encore contre la maladie. Il fait partie de ces personnes qui nous inspirent et nous poussent à devenir meilleur, il fait ce que font les véritables héros. »

Un superhéros du quotidien

Romain, lui aussi, partage ce sentiment d’admiration. « Apprendre sa mort à cet âge, d’une maladie comme le cancer du côlon, sans que personne ne soit au courant, sachant que cette maladie apporte son lot d’opérations, de radiothérapie et dechimiothérapie​… Le fait qu’il ait continué à faire son métier dans des rôles physiques sans qu’on ne se rende compte de rien… Pour moi, cela fait de cet homme un superhéros, de par son courage et sa positivité. Quel exemple pour nous. »

Si Chadwick Boseman a fini par perdre son combat face au cancer, malgré une lutte acharnée, il aura gagné une place dans le cœur de nombreux fans. Le Black Panther restera longtemps dans les esprits comme un pionnier, un héros important et un symbole de fierté pour beaucoup. Wakanda Forever.

Source: Lire L’Article Complet