Comment France Télévisions mise à fond sur ses studios à Montpellier

  • Il n’y a pas qu’Un si grand soleil dans les studios de France Télévisions, près de Montpellier : d’autres séries, ainsi que des productions externes, y sont tournées.
  • Après l’inauguration en novembre de la menuiserie XXL, qui construit les décors du groupe, de nouveaux studios, notamment un studio virtuel, vont être construits.
  • Des partenariats avec des écoles ont été scellés pour former des talents.

Au printemps 2018, tandis que l’on inaugurait en grande pompe les studios d’Un si grand soleil, à Vendargues
(Hérault), Delphine Ernotte voyait, déjà, les choses en grand, au moment de couper le ruban. Cet immense hangar, caché au fin fond d’une zone industrielle, devait accueillir « un projet industriel national de grande ampleur […] qui fera la gloire de l’audiovisuel public français », confiait la présidente de
France Télévisions. Un « petit Hollywood des séries », s’enthousiasmait-elle.

Elle avait à peine exagéré : un peu plus de trois ans plus tard, les studios de Vendargues sont devenus un véritable vaisseau amiral, pour les productions du service public. Et pas seulement pour Un si grand soleil. Le site a également accueilli le tournage des Pennac(s), une série policière dont le pilote sera bientôt diffusé sur France 3. Et d’autres fictions maison devraient être fabriquées ici. Mais aussi des projets externes, comme le long-métrage Tu ne tueras plus, réalisé par Cécilia Rouaud.

Un nouveau studio virtuel

Alors forcément, à Vendargues, il faut pousser les murs. De 16.000 m2, les studios vont progressivement « doubler leur surface », indique France Télévisions. Ils hébergeront de nouveaux espaces, dont un nouveau studio virtuel de 600 m2, équipé de fonds verts et de murs LED, qui « compléteront les équipements actuels », afin de projeter, pendant le tournage, des décors et des arrière-plans 3D en temps réel. Un nouvel outil à la pointe de la technologie élaboré avec les soins de la start-up montpelliéraine Les tontons truqueurs, reine des effets visuels, dans laquelle France Télévisions a investi.

Un lieu destiné à la post-production de 600 m2 va également voir le jour. « La post-production rejoindra Vendargues d’ici le mois de juin, confie Olivier Roelens, producteur exécutif à France Télévisions. Jusqu’ici, cet outil, qui mobilise une vingtaine de personnes, était à Saint-Cloud. Cela concerne le montage, le mixage ou l’étalonnage. Ce sera beaucoup plus pratique, beaucoup plus efficace pour les équipes. »

Un stock de décors pour l’ensemble du groupe

En novembre, déjà, France Télévisions, qui mise à fond sur Vendargues, y avait ouvert une menuiserie XXL pour y fabriquer les décors d’Un si grand soleil, bien sûr, mais aussi d’Alex Hugo, de Candice Renoir, de Plus belle la vie, et de certaines émissions. « Le lieu héberge aussi un stock mutualisé d’accessoires, de décors, de mobilier et de costumes pour l’ensemble du groupe », explique Olivier Roelens. Ainsi, si Candice Renoir a besoin d’un nouveau brassard de police, c’est à Vendargues qu’elle le trouvera.

Dans la menuiserie XXL de France Télévisions, à Vendargues

Mais pour faire tourner cette immense ruche, il faut du monde. France Télévisions, qui emploie déjà bon nombre de comédiens et de techniciens d’Occitanie, s’est associé à des écoles du coin, afin de dénicher des talents, notamment l’université de Montpellier, Art FX, ESMA et Travelling. Dans ces établissements, les formations ont été adaptées pour répondre aux besoins des tournages des séries. « Nous répondons à des demandes spécifiques de France Télévisions, confie Laurent Mesguich, le directeur de l’école de cinéma et de télévision Travelling, à Mauguio. Nous avons créé des formations de machiniste, d’électricien et éclairagiste et d’accessoiriste. »

Trente-six personnes ont été formées par l’établissement sur ces trois filières. Toutes ont été embauchées, en partie par France TV Studio, la filiale de production du groupe public. Par ailleurs, une nouvelle formation d’assistant régie a été ouverte à Travelling. « Pour une école comme la nôtre, c’est un formidable tremplin, reprend Laurent Mesguich. On sort de l’école, on a du boulot. » C’est ainsi « une filière d’excellence dans le domaine de la production » que France Télévisions souhaite voir naître en Occitanie.

Source: Lire L’Article Complet