« Kaamelott » prend une ampleur inédite au cinéma

  • « Kaamelott – Premier volet » permet de retrouver les personnages de la série mais aussi de nouveaux protagonistes.
  • Le roi Arthur y hésite à reprendre le pouvoir.
  • Le film donne déjà envie de voir la suite.

On l’a beaucoup attendu et on n’est pas déçus. Kaamelott – Premier volet tient toutes ses promesses.
Alexandre Astier a vraiment su adapter son univers au format du long métrage. Il mélange des éléments propres à satisfaire les fans de la série à des nouveautés conçues pour ceux qui ne la connaissent pas ou peu.

Si le film semble pharaonique, l’auteur, acteur, réalisateur, compositeur et monteur n’a pas changé sa méthode de travail. « On bosse toujours dans une structure artisanale, en famille, explique-t-il à 20 Minutes. Quand ils jouent dans mes films, mes enfants ont l’impression de bosser dans la boulangerie de papa. Ils sont contents mais pas impressionnés. » Son fils Neil, qui incarne le roi Arhur jeune, est l’une des révélations du film.

Nouveaux visages

Alexandre Astier réunit les visages bien connus des fans de Kaamelott et une nouvelle génération d’interprètes avec leurs nouveaux personnages. « Les deux sont aussi importants pour que la saga continue d’évoluer, insiste-t-il. J’ai trouvé de nouveaux talents merveilleux dans des cours de théâtre. » Leur dynamisme galvanise un roi Arthur peu convaincu par l’idée de recoiffer la couronne et de poursuivre la quête du Graal.

La réussite du film vient aussi d’une partition sublime signée Alexandre Astier lui-même, bien plus évoluée que le célèbre générique de la série. « Jamais je n’avais mélangé autant de thèmes musicaux et de protagonistes. C’était complexe et vertigineux. »

Notre dossier Alexandre Astier

Au charme de la série, avec ses dialogues savoureux, s’ajoutent des surprises bien dosées. A quand la suite ?

Source: Lire L’Article Complet