Karine Bastide-Régis : “Il a fallu que je canalise mon bonheur”

Depuis le 19 octobre dernier, Karine Baste-Régis, journaliste de Télématin, à 6h30, est le joker d’Anne-Sophie Lapix pour le JT de 20h de France 2. Rencontre.

Qu’éprouve-t-on lorsqu’on arrive aux manettes d’un JT de 20h ?

Karine Baste-Régis : Une excitation totale ! C’est un vrai plaisir de se retrouver à la tête d’une édition aussi prestigieuse et riche. C’est un défi, et c’est exactement ce que je recherche. J’aime l’adrénaline, les challenges, repousser mes limites et le fait de me retrouver immergée dans ce que je n’avais pas planifié de faire. Alors il a fallu que je canalise mon bonheur !

Le journal de 20h n’était donc pas un objectif que vous vous étiez fixé ?

Je ne suis pas du genre à me projeter. Je vis beaucoup au jour le jour. Dans ma carrière, j’ai toujours eu la chance d’avoir des propositions qui me permettaient d’avancer. Donc, je ne me suis jamais positionnée sur rien, encore moins sur le 20H.Je suis comme ça, je me laisse porter par le vent. Je n’ai aucune idée de ce que je vais manger le soir, alors pour le reste…

Est-il néanmoins exact que vous ambitionniez initialement de reprendre les rênes du 13H ?

Le jour où l’on a appris le départ de Marie-Sophie Lacarrau, j’ai effectivement songé pendant quelques heures à ce que je pourrais en faire en termes éditoriaux. Du coup, quand on m’a appelée au sujet des remplacements du 20H, j’ai d’abord pensé que c’était dommage. Mais la déception a été de très courte durée.

Quand l’actualité est aussi dramatique qu’en cette fin 2020, se sent-on investi d’une responsabilité supplémentaire ?

Oui, lorsqu’on travaille pour le service public, on a une mission à assumer. Mais ce n’est pas un poids ou une charge, c’est simplement que cela renforce le rôle qui est le nôtre, notamment en ce qui concerne l’explication de l’actualité.

Sachant que la présentation du 20H est un exercice assez codifié, comment peut-on y apporter sa petite touche personnelle ?

Tous les métiers le sont, je pense. Et le 20H n’est pas tant codifié que ça. Mais j’y amène forcément quelque chose qui m’est propre car je ne sais pas faire autrement. Je suis la même en toutes circonstances, que ce soit à l’antenne, en conférence de rédaction ou avec mes proches.

Source: Lire L’Article Complet