Laure Adler virée à cause de son âge : "C ce soir est une belle revanche"

La journaliste et animatrice culte du Cercle de minuit est de retour à la télévision aux côtés de Karim Rissouli et sa bande. Entretien…

C’est une pluie d’éloges qui tombe sur C ce soir depuis son lancement. Objectivement, vous la comprenez ?

Laure Adler : Oui. L’équipe est extrêmement sympathique, travailleuse, sérieuse et pas narcissique. C’est rare mais c’est vrai !  

Il fallait au moins cette qualité de programme pour vous faire revenir en télévision ?

C’est surtout le fruit d’une drôle d’histoire. C’est mon ancien cameraman du Cercle de minuit, Renaud Le Van Kim, devenu producteur de télévision, qui m’a appelée 35 ans plus tard pour me faire revenir sur un plateau. C’est d’ailleurs lui qui m’a filmée les premiers jours. Ce sont des retrouvailles sentimentales et affectives. 

Quel est votre rôle ?

Je n’en sais rien ! (Rires). Je leur dis toujours que je suis l’assistante du fildefériste. Je présente les instruments mais je ne sers pas à grand-chose. Toute l’équipe travaille beaucoup plus que moi. Ils arrivent à 9 heures du matin et moi à 17h. En raison de mon grand âge (71 ans, ndlr), je leur ai dit que ne je pouvais pas faire de répétition. J’arrive au dernier moment et je ne prépare pas. C’est mon privilège. C’est une belle revanche pour moi qui ait été virée de l’émission Tropismes sur France 0 à cause de mon âge et remplacée par un homme plus jeune d’une année. Et je suis récupérée aujourd’hui parce que je suis vieille ! 

À lire également

C ce soir (France 5) – Karim Rissouli : “On s’est creusé la tête pour trouver la bonne alchimie”

C’est la sagesse…

Dans les sociétés traditionnelles africaines, les vieilles dames peuvent à nouveau participer avec les hommes aux principales décisions du village parce qu’elles ont atteints un âge certain et sans danger pour les hommes. C’est ce qui m’arrive… 

Cette parole libre et éclairée comme vous la pratiquez à l’antenne, elle se fait rare ?

Il y a un sens de la nuance, un désir de dialogue et de partage, une absence de jugement et violence et il y a une tentative d’éclairer les téléspectateurs. Nous sommes là pour écouter nos invités et pour mettre en perspective leurs opinions pour que chaque téléspectateur se fasse la sienne. 

Karim Rissouli est un bon commandant de bord ?

C’est un type très sérieux et en même temps rigolard. L’atmosphère est décontractée et bienveillante sur le plateau. On est heureux de se retrouver. Comme dirait ma petite fille, il ne se la « pète » pas. Avant chaque début d’émission, il nous souhaite de passer un bon moment. J’ai rarement vu ça en télévision. 

Quel regard portez-vous sur la télévision d’aujourd’hui ?

Je l’adore. Je ne fais pas partie des intellos qui trouvent chic de dire que la télé, c’est dégueulasse et minable, que c’est pour les cons. C’est l’instrument démocratique par excellence. Je suis une très bonne spectatrice de télévision. Je n’ai pas les yeux rivés uniquement sur Arte. J’aime la case documentaire de France2, Laurent Delahousse le week-end sur France2, BFM TV, les émissions santé de France5, je regarde beaucoup Culturebox, j’y fais mon marché émotif et artistique quotidien. Je trouve de l’intérêt dans toutes mes formes télévisuelles car c’est le reflet de la société. 

Interview Amandine Scherer

Source: Lire L’Article Complet