Le Jeu de la dame : la série qui cartonne sur Netflix est-elle réaliste ?

Mise en ligne le 23 octobre dernier sur Netflix, la série Le Jeu de la dame a connu un succès impressionnant qui a largement dépassé les amateurs d’échecs. Télé Star vous explique si la série est vraiment réaliste.

Netflix peut se frotter les mains, sa mini-série Le Jeu de la dame (The Queen’s Gambit) a extrêmement bien marché dès sa sortie. Créée par les scénaristes Scott Franck et Alan Scott et portée par l’actrice Anya Taylor-Joy, notamment vue dans Peaky Blinders, la série compte l’histoire d’une jeune joueuse d’échecs qui se révèle être un prodige dès son plus jeune âge. Composée de sept épisodes, elle a largement dépassé le cadre des amateurs d’échecs et a réussi à conquérir le grand public. Il est toujours difficile d’avoir les chiffres officiels des plateformes en ligne pour connaître le succès d’une série mais son impact est tel qu’une hausse des jeux d’échecs achetés a été constatée à sa sortie.

Si la série a séduit le grand public, c’est en partie par sa façon dynamique de filmer les parties d’échecs, qui ne semble pas de prime abord être un jeu apprécié par le plus grand nombre. Ses créateurs ont pourtant réussi cette performance sans sacrifier le réalisme de la série. Ils se sont pour cela entourés de l’entraîneur d’échecs Bruce Pandolfini et surtout de Garry Kasparov, superstar russe des échecs et champion du monde de 1985 à 2000. Beaucoup d’experts des échecs ont loué le réalisme de la série en notant toutefois que dans la réalité, les parties sont plus longues que dans la série et que les adversaires n’ont pas le droit de se parler, contrairement à ce que fait l’héroïne à plusieurs reprises. On imagine facilement que les créateurs de la série ont fait ces choix pour d’augmenter le rythme et l’intensité dramatique de certaines scènes.

La révélation Anya Taylor-Joy

Le Jeu de la Dame a révélé au très grand public l’actrice Anya Taylor-Joy, saluée pour son interprétation de l’héroïne Beth Harmon. Elle n’est pourtant pas nouvelle à Hollywood et les dernières années l’ont vu connaître un succès grandissant. À 24 ans seulement, elle a déjà montré une large palette de ses capacités dans le film d’horreur (The Witch, 2015), le thriller (Split, 2017) ou encore le film de super-héros (Les Nouveaux Mutants, 2020). La native de Miami ne compte visiblement pas s’arrêter là puisqu’elle sera prochainement à l’affiche du film Last Night in Soho d’Edgard Wright avant d’interpréter le rôle-titre dans Furiosa, le prequel de Max Max : Fury Road.

Source: Lire L’Article Complet