Le studio Ghibli dévoile une recette du « Royaume des chats »

  • « Les recettes des films du studio Ghibli » explique comment reproduire les plats présents dans les longs-métrages.
  • Cet ouvrage édité par Ynnis propose des préparations plus ou moins faciles à réaliser et constitue une bonne initiation à la cuisine japonaise.

Démoralisé par le reconfinement ? Deux choses peuvent à coup sûr remonter le moral. Faire la cuisine et voir un film du studio Ghibli, de Mon voisin Totoro à Kiki la petite sorcière en passant par Le Voyage de Chihiro. Les éditions Ynnis ont eu la bonne idée d’allier les deux avec Les recettes des films du studio Ghibli de Minh-Tri Vo et Claire-France Thévenon, à commander en click and collect pour le recevoir à sa sortie le 18 novembre.

Nos articles sur Ghibli sont ici

Le studio d’animation japonaise a toujours su mettre en valeur la nourriture que dévorent les personnages de ses films. Cet ouvrage richement illustré d’appétissantes photos signées Apolline Cartier donne faim rien qu’en le feuilletant. Il ne reste plus au cinéphile gastronome (ou l’inverse) qu’à essayer de reproduire les spécialités salées ou sucrées sorties des œuvres d’Hayao Miyazaki,
Goro Miyazaki,
Isao Tahahata ou Hiroyuki Morita.

Facile ou compliqué

Les recettes peuvent être relativement simples comme le Moelleux à la vanille du Royaume des chats auquel nous nous sommes essayés ou largement plus complexes à l’image du gâteau au chocolat de Kiki la petite sorcière dont les clichés font saliver mais qui a l’air plus ardu à réaliser. Les auteures ont eu la riche idée de mêler des plats typiquement japonais tels les ramen de
Ponyo sur la falaise que dévore la petite-fille poisson en mettant à l’eau à la bouche du spectateur et des préparations internationales tout aussi succulentes comme le « Croque qui hurle » issu du Château ambulant.

Dans le contexte

Chacun des plats est replacé dans le contexte du film qui l’a inspiré avec la photo du long-métrage et sa « reproduction » avec de véritables ingrédients. Evidemment, tout le monde n’aura pas sous la main des éperlans shishamo et des jujubes secs pour recréer le bento, panier-repas des écolières dans Mon Voisin Totoro. Il faudra aussi peut-être attendre la fin du confinement pour se procurer de quoi faire les brioches aux haricots rouges du Voyage de Chihiro. Les ingrédients des spaghettis bolognaises de Porco Rosso ou des hamburgers de Pompoko, plus classiques, sont facilement trouvables.

Les films du studio Ghibli ont fait découvrir et aimer le Japon à un public nombreux. Ce livre se révèle une excellente initiation à la cuisine japonaise. Le comble du chic serait de revoir les films en mangeant le plat qu’on a préparé.

Source: Lire L’Article Complet