Mortelles Calanques (France 3) Philippe Bas : "Le premier jour de tournage, j’ai dû passer six heures sous l’eau"

Après avoir traqué les criminels dans la série Profilage durant huit saisons, le comédien est de retour dans le rôle d’un plongeur enquêteur…

Quelle est l’histoire de votre personnage ? 

Philippe Bas : Bruno Tanguy est un ancien commando marine et nageur de combat. À la suite du décès d’un jeune champion de plongeon, retrouvé noyé au pied des calanques, il est appelé à collaborer avec le lieutenant Samira El Katani (Shemss Audat, ndlr). Leur mission : élucider les circonstances mystérieuses de sa mort. Les investigations vont alors commencer sous l’eau, à quelques mètres de profondeur, à la recherche d’indices… 

C’est encore un rôle d’enquêteur, pour vous. Pourquoi avoir accepté celui-ci ? 

C’est vrai, mais le lieutenant Tanguy n’est pas un enquêteur lambda. Son terrain de jeu, c’est la grande bleue ! À la lecture du scénario j’ai tout de suite accroché avec ce personnage, et j’ai aussi beaucoup aimé le duo qu’il forme avec El Katani. Ces deux personnages, aux antipodes l’un de l’autre, apportent une touche de comédie à ce polar. Et c’était vraiment très agréable de jouer avec Shemss Audat ! 

À lire également

Philippe Bas : l’ex de Lorie Pester s’est mis sur Tinder !

Pour ce rôle, vous avez enfilé un masque et une combinaison de plongée. Avez-vous réellement effectué toutes ces scènes d’action au fond de l’eau ? 

Bien sûr ! Le premier jour de tournage, j’ai dû passer six heures sous l’eau. Et cinq heures le lendemain. Toutes les scènes de bagarre se déroulaient à environ 8 mètres de profondeur. Lorsque l’on est bien encadré, ce n’est pas si difficile. En revanche, c’est vrai, cela m’a demandé pas mal d’énergie.

Aviez-vous déjà plongé avant ? 

À 17 ans, j’ai passé le premier niveau de plongée. À l’époque, j’étais fasciné par le monde sous-marin. Ce téléfilm a été l’occasion de m’y remettre. Je n’avais plus qu’à faire une petite remise à niveau avec un instructeur. 

Pour le sportif que vous êtes, ce rôle, c’est du pain bénit ? 

Oui, j’ai été gâté.

Et que dire du lieu de tournage ?

Les calanques de Marseille et de Cassis sont un décor de rêve pour un film. J’en ai pris plein les mirettes ! Ah, si les téléspectateurs pouvaient voir tout ce que j’ai vu ! 

À lire également

Le gros regret de Philippe Bas après l’arrêt de Profilage (TF1)

Nous vous retrouverons prochainement sur TF1, à l’affiche du téléfilm Le Saut du diable. De quoi s’agit-il ? 

C’est un film d’action, dans la même veine que Cliffhanger ou Randonnée pour un tueur. Je l’ai tourné dans la vallée de la Maurienne, juste après Mortelles Calanques. J’interprète un ancien membre des forces spéciales, qui, avec sa fille, se retrouve pourchassé par des tueurs. Pour protéger celle-ci, il sera prêt à tout. C’est un projet que j’ai initié. Pour créer mon personnage, je me suis inspiré de l’aventurier Mike Horn, qui a autrefois officié dans l’armée. 

Depuis l’arrêt de Profilage, vous enchaînez les téléfilms. Seriez-vous partant pour rempiler dans une nouvelle série ? 

Pourquoi pas, si j’ai un coup de coeur pour un projet… Et, qui sait, si Le Saut du diable plaît beaucoup aux téléspectateurs, peut-être que TF1 décidera de décliner cet unitaire en série !

Mortelles Calanques : samedi 5 juin à 21h05 sur France 3

Interview Caty Dewanckèle 

Source: Lire L’Article Complet