Nolan, génie ou imposteur ? La réponse de ses collaborateurs

Avant de fasciner le public avec Tenet, qui sort en salle ce mercredi, Christopher Nolan a su fédérer une belle équipe autour de lui. Lors de la conférence de presse – en vidéo, pandémie oblige – qui a réuni des journalistes du monde entier la semaine dernière, ses collaborateurs ont confié l’admiration qu’ils éprouvaient à son égard.

Toutes et tous avaient l’air un peu sonnés après leur plongée dans ce film d’espionnage qui fait fi des lois de l’espace et du temps. « Quand je lis ses scénarios, j’essaye de me mettre à la place du public plutôt que de me demander comment on va concrétiser sa vision ! », reconnaît la productrice Emma Thomas qui épaule le cinéaste depuis ses débuts. Si elle admet volontiers se sentir nerveuse en ouvrant un nouveau scénario, l’excitation prend vite le dessus. « C’est parfois dur mais le jeu en vaut toujours la chandelle car on s’amuse bien », avoue-t-elle. Les décors pharaoniques et les scènes d’actions sont un merveilleux terrain de jeu.

Pattinson, fan comblé

Robert Pattinson s’est, pour ce film, laissé happer dans la peau de Neil, un homme particulièrement mystérieux auquel il apporte une dose d’ambiguïté remarquable. « C’est incroyable d’avoir grandi en voyant les films de Christopher Nolan et d’être emporté dans son univers. C’est difficile à expliquer mais c’est dément », confie-t-il. Le réalisateur l’a gâté avec ce personnage complexe. « Neil est le seul à adorer vivre dans ce que les autres protagonistes considèrent comme un cauchemar. Tourner avec Christopher Nolan a été une expérience incroyablement enrichissante professionnellement et personnellement », estime-t-il.

John David Washington vertigineux

Ses partenaires sont tout aussi dithyrambiques. « Bien sûr, j’en ai bavé, notamment parce que je suis sujet au vertige et que certaines séquences ont été dures à tourner », se souvient John David Washington. Mais dans la peau d’un espion prêt à tout sacrifier pour sauver le monde, le comédien hérite d’un rôle héroïque riche en bagarres poursuites et autres cascades. « J’ai dû m’impliquer à fond tant physiquement que psychologiquement pour donner ce que souhaitait Christopher. Mon personnage, à la fois fort et vulnérable, ne pouvait être crédible que si je me laissais guider. »

Une femme et un méchant

Dans un monde très masculin, le réalisateur a aussi ménagé une place de choix à Elizabeth Debicki, épatante en épouse de méchant, résolue à ne pas se laisser confisquer son fils. « Christopher Nolan vous demande de vous surpasser ce qui est très gratifiant » admet-elle. Et c’est une réussite : elle est aussi crédible en maman éplorée, que les armes à la main ou pilotant un catamaran. Celui qui semble avoir été le plus impressionné est cependant Kenneth Branagh, flippant au possible. « J’ai hésité à me reconnaître quand j’ai vu le film. Nolan m’a transformé », déclare l’acteur qui trouve ici l’un de ses meilleurs rôles depuis longtemps.

Source: Lire L’Article Complet