Pirates des Caraïbes : La Vengeance de Salazar (W9) Javier Bardem : "C’est une joie de jouer avec Johnny Depp"

ARCHIVE. Dans ce cinquième opus de la célèbre saga, Pirates des Caraïbes, La Vengeance de Salazar, la star espagnole incarne un impitoyable corsaire zombie. Nous l’avions rencontré en 2017 lors de la sortie du film en salles

Combien d’heures de maquillage fallait-il pour vous transformer ?

Javier Bardem : Deux jours ! En fait, c’était trois heures par jour. Ce n’est pas énorme : je connais des femmes qui prennent plus de temps ! Le maquilleur a remporté l’Oscar pour Mad Max : Fury Road, en 2016. Je commençais à 5 heures du matin, mais cela en valait la peine, le résultat est fantastique.

Encore un rôle de méchant. Comment faites-vous pour être chaque fois plus terrifiant ?

À 6 ans, j’ai acheté un vieux grimoire sur le sujet ! Blague à part, même si les gens me disent que je ne fais que ça, je n’ai interprété que trois méchants en vingt-cinq ans de carrière ! Dans No Country for Old Men, Skyfall et, enfin, le capitaine Salazar de Pirates des Caraïbes. Je l’ai imaginé comme un taureau blessé dans l’arène, sur le point de tomber, mais porté par l’idée fixe de tuer Jack Sparrow. Comme pour toutes les personnes qui éprouvent de la rage, il y a une souffrance en lui.

À lire également

Black Pearl, Barbossa… D’où viennent les héros et les mythes de Pirates des Caraïbes (W9) ?

Est-il vrai que vous avez obtenu le rôle parce que votre femme, Penélope Cruz, était à l’affiche de l’épisode précédent ?

Pas du tout. Mais lorsque je suis venu la voir sur le tournage, j’ai pu constater la qualité de la production, l’attention que Jerry Bruckheimer portait à chacun sur le plateau, et pas seulement à ses stars. Son désir de prendre son temps m’a séduit. Quand il m’a appelé, je savais qu’il allait être aussi bienveillant. Avoir du temps est souvent plus précieux que l’argent.

Quel sentiment éprouvez-vous pour Salazar ?

Victoria Abril dit que chaque acteur est l’avocat de son personnage. On doit le défendre, quitte à mettre notre éthique de côté. Pour moi, Salazar est le fier représentant d’une caste militaire espagnole alors toute-puissante. Il a été vaincu par un gamin de 16 ans nommé Jack Sparrow, ce qui le rend fou.

À lire également

Déguisé en Jack Sparrow, Johnny Depp rend visite à des enfants malades à Paris

Comment est-ce de travailler avec Johnny Depp ?

C’est une joie : Johnny est un gentleman. C’est un immense comédien, il y a chez lui un clown du niveau d’un Buster Keaton. Je suis sûr que, dans le futur, on étudiera son jeu : sa manière d’utiliser son corps est prodigieuse. Le voir devenir Sparrow est un émerveillement, il est si libre, drôle et profond à la fois. C’était parfois dur de jouer tellement j’étais admiratif. 

Pirates des Caraïbes : La Vengeance de Salazar est diffusé dimanche 15 novembre à 15h35 sur W9

Interview Julien Barcilon

Source: Lire L’Article Complet