Surprise… « L’amour est dans le pré » a revu complètement son montage

Les fidèles de L’amour est dans le pré se demanderont peut-être s’ils n’ont pas manqué un bout du programme. Le premier épisode de l’émission de
M6, qui sera diffusé prochainement, commencera d’emblée avec les speed-datings, et non par la traditionnelle ouverture des courriers. Autre changement d’importance : 
Karine Le Marchand sera dans les parages dès ces prémisses, guettant sur un écran, tout en les commentant, les tête à tête entre les célibataires des champs et leurs prétendants ou prétendantes.

« Karine faisait toujours Docteur Love dans l’ombre [les saisons précédentes]. On ne le voyait pas suffisamment », a expliqué mardi la productrice Déborah Huet au cours d’une conférence de presse virtuelle. D’où l’idée de faire apparaître davantage à l’écran l’animatrice dans ce rôle de conseillère sentimentale. Les décisions sur la nouvelle écriture de l’émission « n’ont rien à voir avec les événements du Covid-19​ » et ont été prises « bien en amont », nous dit-on.

Si elle dit vrai, la production a donc été bien inspirée puisqu’il aurait été relativement compliqué dans le contexte sanitaire de réunir les agriculteurs et agriculteurs au même endroit pour l’ouverture des courriers. Désormais, les cœurs à prendre découvrent les lettres de leurs prétendants ou prétendantes chez eux, seuls, une caméra immortalisant leur séance de lecture. Leurs réactions s’intègrent au gré du montage du speed-dating pour expliquer ce qui les a motivés à rencontrer telle ou telle personne.

La « lassitude » de l’ouverture des courriers

« Pour être tout à fait honnête, cette idée est née d’une lassitude qu’on pouvait avoir. [Les saisons passées], il y avait toujours des agriculteurs qui, quand ils avaient fini de lire leurs courriers, venaient mettre leur grain de sel, déconcentraient les autres, raconte Karine Le Marchand. C’était pénible parce que les personnalités fortes influençaient les personnalités influençables alors qu’il s’agit de l’amour de leur vie. Or, s’ils avaient eu tout le temps qu’ils voulaient et sans avoir aucune influence quelconque, peut-être qu’ils auraient choisi d’autres personnes sur d’autres critères. Certes, ça fait des séquences moins drôles, moins émouvantes, qui ne prennent pas beaucoup de place dans le montage, mais, au final, les participants auront choisi de rencontrer qui ils avaient envie. »

Les speed-datings ont été tournés dans un restaurant à l’atmosphère champêtre de Neuilly-sur-Seine, sur une terrasse avec vue sur le fleuve. Les règles sanitaires ont été respectées. Pour la première fois, Karine Le Marchand a pu rencontrer les prétendants et prétendantes au début de l’aventure – et non plus à l’heure du bilan, une fois tous les épisodes tournés. « On a des kilomètres de rushes où, quand je repars, les prétendantes commentent le ton de ma voix, ma tenue, comment je suis », s’amuse l’animatrice. Des séquences off qui ne seront sans doute pas diffusées. En revanche, la présentatrice livrera ses réflexions sur la compatibilité entre deux célibataires, sur la manière dont se passent les rencontres et s’emballera pour certains profils sortant du lot.

D’ordinaire Karine Le Marchand enregistre à la fin de l’été les portraits d’agriculteurs célibataires de la saison suivante. Cette année, ce n’est pas encore le cas, le confinement a bousculé les plans. Si la production a globalement rattrapé le temps perdu, le tournage de la quinzième saison se poursuit ces jours-ci, avec les week-ends en amoureux.

Un nouveau tournage pour un courrier tardif

La routine faisant alterner les trios d’agriculteurs d’une semaine à l’autre ne sera plus forcément d’actualité. « Parfois des gens vont disparaître pendant quelques épisodes, et puis revenir, ou pas. Certains seront là toutes les semaines. C’est le contenu qui va décider du montage », avance la présentatrice. Déborah Huet confirme : « Il y a des rebondissements. Des montagnes russes. C’est la vie, c’est l’amour. On s’adapte. »

Les contretemps dus au confinement ont d’ailleurs permis de traiter des lettres tardives, arrivées hors délai. « En cours de tournage de la saison, on a eu un agriculteur pour qui ça ne se passait pas super bien avec ses prétendantes. Et on a reçu un courrier qui nous a semblé tellement fort, une évidence par rapport à lui, qu’on a monté un nouveau tournage pour lui présenter cette personne. On ne voulait pas qu’il attende le bilan », confie la présentatrice.

Avec ce nouveau montage « plus feuilletonnant et moins formaté », dixit Karine Le Marchand, L’Amour est dans le pré, qui reste un programme phare de M6, espère dynamiser ses audiences. La précédente saison marquait un recul (3.4 millions de téléspectateurs en moyenne) par rapport à celle d’avant (3.88 millions). Pas de quoi s’alarmer, peut-être, mais la télé aussi doit savoir séduire.

Source: Lire L’Article Complet