"Tralala" : les frères Larrieu s’essayent à la comédie musicale en version décalée, avec un casting cinq étoiles

Projeté hors compétition à Cannes, Tralala de Arnaud et Jean-Marie Larrieu, sur les écrans mercredi 6 octobre, rassemble un casting prestigieux et inattendu. Mathieu Amalric, Josiane Balasko, Mélanie Thierry, Maïwenn poussent la chansonnette sur des airs et paroles de Philippe Katerine, Bertrand Belin, Dominique A, Jeanne Cherhal et Etienne Daho. Tous participent à une comédie musicale au parfum libertaire, mais au résultat en demi-teinte.

Quête d’identité

Chanteur des rues sans abri à Paris, le marginal Tralala (Mathieu Amalric) a raté sa carrière et survit d’expédients. Une jeune femme lui délivre un message énigmatique : « Surtout ne soyez pas vous-même« . Rêve ou réalité ? Il retrouve la jeune femme à Lourdes mais elle n’a aucun souvenir de lui. Parallèlement, une septuagénaire amnésique (Josiane Balasko) croit reconnaître en Tralala son fils, parti il y a 20 ans à New York. Tralala se laisse séduire par cette famille d’adoption qui va lui offrir une nouvelle vie. 

Drôle de scénario que celui de Tralala, du nom de son héros : avec un pareil titre on pouvait s’attendre à une comédie-musicale pleine d’humour et de légèreté. Il n’en est rien. Le héros lunaire de Tralala est à la croisée des chemins, en perdition et en quête de rédemption. Quand il retrouve la jeune femme, il a une révélation : il croit voir la Vierge. Ce n’est pas un hasard s’il la retrouve à Lourdes (petit clin d’oeil à la ville natale des frères Larrieu). En quête d’identité, il va saisir celle qu’on lui offre pour retrouver goût à la vie. Surfant sur le beau sujet des vies qu’on se choisit, Tralala ne convainc pas pour autant entièrement.

Se faire plaisir

Arnaud et Jean-Marie Larrieu assument cette histoire improbable avec une mise en scène un peu bancale. Ce n’est pas la faute du casting, la crème des acteurs et de la scène française font ce qu’ils peuvent pour faire revivre l’esprit de liberté des années 70. Mais cela justifie-t-il un film de deux heures ? 

On appréciera pourtant les comédiens masqués en prise avec leur époque (ce qui est plutôt osé !), les chansons interprétées et dansées de façon très naturelle (on pense à Jacques Demy), et un Bertrand Belin des plus touchants. Le ton est résolument optimiste, dommage que le film ne tienne pas toutes ses promesses. 

La fiche

Genre : Comédie musicale
Réalisateurs : Arnaud Larrieu et Jean-Marie Larrieu
Acteurs : Mathieu Amalric, Josiane Balasko, Mélanie Thierry, Maïwen, Bertrand Belin, Denis Lavant, Galatea Bellugi, Jalil Lespert
Pays : France
Durée : 2h00
Sortie : 6 octobre 2021
Distributeur : Pyramide Distribution

Synopsis :Tralala, la quarantaine, chanteur dans les rues de Paris, croise un soir une jeune femme qui lui adresse un seul message avant de disparaitre : « Surtout ne soyez pas vous-même ». Tralala a t-il rêvé ? Il quitte la capitale et finit par retrouver à Lourdes celle dont il est déjà amoureux. Elle ne se souvient plus de lui. Mais une émouvante sexagénaire croit reconnaître en Tralala son propre fils, Pat, disparu vingt ans avant aux Etats-Unis. Tralala décide d’endosser le « rôle ». Il va se découvrir une nouvelle famille et trouver le génie qu’il n’a jamais eu.

Source: Lire L’Article Complet