VIDEO Rose accro à la cocaïne : comment le fils de la chanteuse lui a sauvé la vie

Rose revient de loin. Bouleversée par un succès fulgurant, la chanteuse s’est perdue dans les excès d’alcool puis de drogue. L’artiste a raconté à Faustine Bollaert dans Ça commence aujourd’hui son retour à la vie, qu’elle doit à son fils…

Rose

C’est en 2006 que Rose sort son premier album. En son sein, le titre La Liste qui devient instantanément un tube. Elle dévoile ensuite Ciao Bella et sa notoriété s’envole. Celle qui était jusqu’alors enseignante fait désormais les premières parties d’Alain Souchon et d’Axelle Red. Entre 2007 et 2008, la chanteuse prend son envol en solo et remplit La Cigale et L’Olympia. Mais en coulisses, la chanteuse est prise de doutes et d’une forme de culpabilité. Elle s’interroge sur son succès, comme ses amis musiciens. “Je me sentais gênée par rapport à la rapidité du succès, explique Rose sur le plateau de Ça commence aujourd’hui face à Faustine Bollaert, ce mardi 6 avril. A partir de là je me suis dit qu’il fallait que je montre que je suis rock’n’roll en fait que je suis comme mes potes que j’ai du second degré de l’autodérision, et donc j’en rigolais beaucoup et j’ai commencé à être la nana qui veut plus jamais rentrer, fallait que je sois là tout le temps et qu’on m’aime autrement que par Rose“. La solution est assez vite trouvée. Rose essaye l’alcool mais renonce car elle ne le tient pas, elle trouve alors la “solution miracle” : “Quand on veut être partout il y a des drogues qui aident à tenir le coup et j’ai commencé la cocaïne, on a plus faim, on a plus sommeil on est surpuissant“, poursuit-elle.

Pour l’amour de son fils

Une mauvaise habitude qui va durer dans le temps jusqu’à ce que la chanteuse voit se profiler le mur sur lequel sa vie risque de se fracasser. Celle qui a donné la vie à son fils Solal en 2011 a enfin le déclic. “À la fin moi j’étais vraiment … Tout le monde était là ‘mais secoue-toi !’ mais je ne pouvais plus du tout et ça a duré des mois et des mois, et cette envie d’en finir vraiment de se dire… C’est pas la mort qui m’attirait, c’était vraiment je ne peux pas continuer à vivre comme ça de toute façon, confie-t-elle. La chanteuse qui a sorti l’album Kerosène en 2019 ajoute : “Franchement y’a eu plusieurs épisodes d’hospitalisation mais le déclic ça a été la vision de mon fils orphelin de maman quoi“, confesse-t-elle alors que les larmes lui montent aux yeux. “Vous avez pensé qu’un jour vous pourriez y laisser votre peau“, surenchérit Faustine Bollaert. “En fait c’est encore pire, c’est l’impression que même si on meurt pas, il a la pire mère qui soit, on veut pas ça quoi…“, conclut l’artiste. À voir comme elle resplendit aujourd’hui, Rose a définitivement laissé derrière elle ses démons d’antan.

Source: Lire L’Article Complet